Ostéopathie: Chronique d'une mort annoncée....


L’Ostéopathie est en danger


Malmenée depuis quelques années par un "titre" qui n’a plus de sens, notre discipline n’accède pas à la reconnaissance législative et réglementaire qu’elle mérite.


Nous avons tous entendu parler autour de nous d’une personne qui utilise le terme ostéopathie pour mieux le galvauder, nous avons tous été énervés et blessés par le témoignage de patients victimes de "manipulateur fou" en contradiction avec les principes qui régissent notre Art.


Les projets ministériels ne nous donnent aucun espoir d’amélioration quant à la reconnaissance que nous attendons. Bien au contraire.


En tant qu’ostéopathes, nous sommes des Professionnels de la Santé. Nous soignons des patients. Voilà la réalité sociétale.

De nouveaux textes sont à l’étude depuis plusieurs mois, et les derniers échos que nous avons pu avoir sont alarmants. Le ministère nous imposerait un rôle de commerçant dans le domaine du bien être.  

Ainsi,

  • la première intention deviendrait “libre accès”,  
  • Le patient, client,
  • et le fichier patient,  illégal.

Pourquoi autoriser à des commerçants la tenue d’un fichier contenant des informations personnelles et médicales ? Et dans cette logique,  le retour à la TVA diminuerait nos revenus de 20 % !

L’annonce du ministère  faite il y a quelques années se réalise : le marché régule la profession sans aucun contrôle.

Le manque d’implication des professionnels fragilise l’action politique en laissant la part belle aux décisions ministérielles et ne nous permet pas de défendre vos intérêts..

Quel système de gouvernance avons nous su mettre en place pour répondre aux enjeux actuels que sont la formation, la démographie, l’exercice professionnel, la déontologie et l’expertise et en finalité la sécurité du patient ?

cf. Newsletter n° 33 - Appel du 18 juin 2012

De par sa fonction ordinale, de par la rigueur de ses structures certifiées par l’AFNOR, le Registre est à même de pouvoir répondre à ces enjeux s’ils sont partagés par le plus grand nombre.
  • Le Registre des Ostéopathes de France a le devoir de protéger la profession.
    • Nous avons le devoir de vous alerter.
    • Vous avez le devoir de réagir en vous impliquant pour votre profession.

Le Conseil national du Registre des Ostéopathes de France