Condamnation pour exercice frauduleux de l'ostéopathie

Cette condamnation n'est pas la première et permet de faire prendre conscience à chacun que l'exercice de l'ostéopathie est protégé depuis la loi de 2002 et les décrets d'application de 2007.

Le Registre des ostéopathes de France travaille quotidiennement à la protection de la profession. Il n'hésite pas à intervenir dans des instances judiciaires pour défendre nos valeurs. Il a d'ailleurs récemment obtenu condamnation d'une personne pour usurpation de titre, diplôme et qualité d'ostéopathe devant le Tribunal Correctionnel de Nanterre.

 

Il est néanmoins incontestable qu'un partage du titre rend difficile la lecture des différentes compétences pour les patients. L'exercice frauduleux de l'ostéopathie met ces derniers en danger.

 

A cet égard, il est permis de s'interroger sur la qualité des supports qui sont proposés aux ARS lors des demandes d'inscription, raison pour laquelle le ROF appelle de ses voeux la mise en place d'un diplôme unique et infalsifiable et d'une vérification par les ARS de la réalité des études pratiquées en se renseignant auprès des écoles...

 

Le Conseil national