France Bleu Champagne Ardenne
[ 03-04-2018 ]

Chères consoeurs, chers confrères, chers lecteurs, chers patients, chers vous, chers nous tous, 


Il ne nous en fallait pas tant en cette période de création de la HAO pour pouvoir affirmer enfin qu'il est temps de déclarer notre indépendance ! 


Nous portons à votre connaissance une erreur grave qui s’est glissée dans une émission de France Bleu Champagne-Ardenne «Le conseil santé» en date du Lundi 29 Janvier 2018.  

Dans cette émission, l’animatrice, présente un sujet sur la kinésithérapie et l’ostéopathie où sont décrits les particularités qui ont attrait à ces deux professions. Il est donné comme conseil aux auditeurs par cette dernière, à la fin de son intervention, de se rapprocher d’un kinésithérapeute étant diplômé en ostéopathie en se faisant prescrire des séances de masso-kinésithérapie que ce thérapeute pourra utiliser pour proposer des consultations d’ostéopathie :  

"Le bon plan, c'est de choisir un kiné ostéo, formé aux 2 pratiques qui sont non pas en concurrence mais complémentaires. Et vous pourrez vous faire prescrire des séances de kiné, donc remboursés qui pourront virer vers de l'ostéopathie vu que c'est le même praticien…" 

Comme vous le savez sans doute déjà le titre d’ostéopathe, réglementé par la loi du 4 Mars 2002 et les décrets du 25 Mars 2007, est d’un usage partagé.  

En revanche les actes ostéopathiques ne sont pas des actes conventionnés comme le sont les actes de masso-kinésithérapie et ne peuvent donc, d’aucune manière, donner lieu à une prescription médicale comme évoqué dans l'émission.  

Cette pratique, comme vous le savez déjà, reviendrait à effectuer une escroquerie à la sécurité sociale. Pour rappel l'escroquerie, consistant en l'obtention de prestations indues par l'usage d'un faux nom, d'une fausse qualité, l'abus de qualité vraie ou l'emploi de manœuvres frauduleuses fait encourir à son auteur 5ans d'emprisonnement et 375000 euros d'amende (article 313-1 du Code pénal). 

Ainsi, le R.O.F., dans sa pleine vocation ordinale, a vivement conseillé à France Bleu de faire un erratum, en a informé toutes les ARS, et vient de se rapprocher de la CNAM pour connaître véritablement les sanctions possibles pour les praticiens en question et pour les patients... 

Dès que nous aurons de plus amples informations, nous ne manquerons pas de les communiquer. 

L'ostéopathie est une Science, un art, une philosophie. Ne l'oublions pas... 

Ensemble, portons l'avenir de l'ostéopathie. 

 

Le Conseil national