COVID-19 : VACCINATION ET PASS-SANITAIRE - LES ORIENTATIONS DU R.O.F.
[ 03-08-2021 ]

Le Registre des Ostéopathes de France a pris note que la loi imposant la vaccination à une grand partie de professionnels et notamment dans le domaine de la Santé,  inclut nominativement les ostéopathes dans la liste exhaustive indiquée dans son article 5. Le Pouvoir exécutif considère toujours notre Pratique comme un simple usage de titre. Est-ce un pas nécessaire vers une reconnaissance plus officielle et plus aboutie que nous appelons de nos vœux depuis longtemps et dont nous aurons l’occasion de reparler ?

Pour ce qui concerne toute obligation légale, le R.O.F. ne peut en aucun cas s’y opposer. Toute proportion gardée, c’est un peu comme le port de la ceinture de sécurité. Ne pas s’y contraindre, revient à s’exposer à une sanction prévue par la loi. Il en sera donc de même pour l’obligation vaccinale. Par contre, le R.O.F. considère que chaque ostéopathe reste l’initiateur de son choix personnel d’accepter ou de refuser d’être vacciné.

Une jurisprudence existe qui compliquera la tâche du législateur, surtout si le Conseil Constitutionnel juge irrecevable une telle obligation, la considérant contraire au droit de chacun à disposer de lui-même. L’avenir nous le dira, d’autant plus que le Pouvoir devra peut-être composer avec des lobbies divers dans le contexte de la prochaine élection présidentielle.

La seconde nouvelle pour ce qui touche à l’ostéopathie, c’est l’absence d’obligation pour les praticiens de requérir le Pass-Sanitaire auprès de leur patientèle avant toute consultation. Cela signifie que l’éthique du professionnel de santé est incompatible avec la discrimination quelle qu’elle soit. L’ostéopathe est là pour exercer son art, sans apporter de contrainte supplémentaire à son patient. Là encore, il s’agit du respect des choix personnels de chacun.

Pour conclure, le Registre des Ostéopathes de France a déjà constaté qu’une majorité de ses membres a pris la responsabilité de se faire vacciner sans attendre une loi qui l’impose. Nous souhaitons que cet esprit de solidarité et de tolérance au-delà du seul sujet vaccinal se perpétue sans contrainte morale ni règlementaire.