2012, année ostéopathique…?

Assemblée nationale

Depuis la décision du Conseil constitutionnel, en date du 3 février 2011, renvoyant la durée de la formation en ostéopathie à  la durée minimaliste des décrets de 2007, aucune décision officielle nouvelle n'a vu le jour.

Cependant, bon nombre de parlementaires, probablement sollicités par des électeurs «bienveillants» interrogent le ministère en charge de la santé sur plusieurs points ayant trait à l’ostéopathie.
Aux différentes questions où bien souvent les mêmes thèmes sont abordés, les réponses de la rue de Ségur sont le plus souvent identiques, et les mêmes intentions sont clairement affichées:
- c’est au pouvoir réglementaire de définir la durée minimale de formation. Une évaluation de cette pratique non conventionnelle est actuellement en cours. Elle concerne les indications et les risques des actes ostéopathiques, les résultats seront disponibles en 2012.
- Le ministère chargé de la santé prépare une modification des textes relatifs à l'agrément des établissements de formation, afin de disposer de critères d'agrément plus précis et substantiels que ceux actuellement en vigueur, afin que la qualité de la formation minimale soit harmonisée.
Assemblée nationale: (liste donnée à titre d’exemple donc non exhaustive)
MichelZumkeller (Union pour un Mouvement Populaire - Territoire-de-Belfort) lien
FrançoisLoos (Union pour un Mouvement Populaire - Bas-Rhin) lien
DominiqueTian (Union pour un Mouvement Populaire - Bouches-du-Rhône) lien
Jean-ClaudeMathis (Union pour un Mouvement Populaire - Aube) lien
LouisGuédon (Union pour un Mouvement Populaire - Vendée) lien
Sénat: (liste donnée à titre d’exemple donc non exhaustive)
Jean-Paul Fournier (Gard - UMP) Lien
Marcel Rainaud (Aude - SOC) Lien

Le rapport de l’IGAS devrait permettre la rédaction de ces nouveaux textes, ce que nous souhaitons concrètement et nous mettrons tout en œuvre, avec nos partenaires de la Plateforme d’Actions Concertées (PAC), pour que les professionnels soient également sollicités.